Espèces menacées – Adopter le bon comportement

Gravelot à collier interrompu

Chaque année, au printemps, les plages bigoudènes sont un lieu de vie et de reproduction pour des espèces fragiles dont l’emblématique gravelot à collier interrompu. Avec les ponts de mai et de juin, les côtes sont également prise d’assaut par les locaux et les visiteurs qui viennent profiter de la hausse des températures. Pour protéger les espèces, limiter les dérangements et sensibiliser les usagers des plages, la CCPBS agit en partenariat avec la CCHPB et Bretagne Vivante. La saison de reproduction est primordiale pour leur survie.

 

Depuis la mi-avril et jusqu’à fin juillet, les gravelots à collier interrompu investissent la baie d’Audierne et les plages du sud bigouden pour se reproduire. Ce petit limicole de quelques dizaines de grammes peut se confondre avec les galets. Il niche en haut de plage, au pied des dunes et dans les galets. Depuis l’essor du tourisme littoral, sa population s’est effondrée. Elle est considérée comme vulnérable. La forte fréquentation des plages occasionne des dérangements et des destructions de nids. Nids construits à même le sol et bien souvent invisibles à un œil non averti. Les chiens non tenus en laisse sur les plages sont également une source importante de dérangement et d’échec de la reproduction.

Agir pour protéger

La baie d’Audierne est le 3e site breton en terme de nombre de nids. Dans le cadre de Natura 2000, la CCPBS, en partenariat avec la CCHPB, finance l’association Bretagne Vivante pour réaliser un suivi de l’espèce et une sensibilisation du public aux enjeux de sa reproduction. Pour protéger les nids, deux personnes de l’association, en service civique, ont fabriqué et posé un enclos léger. Ils prodiguent des conseils aux usagers de la plage pour prévenir tous dérangements :

  • Limiter les déplacements en pied de dune ou sur le cordon de galet ;
  • Vérifier l’endroit où l’on pose sa serviette ;
  • Ne pas pénétrer dans les enclos ;
  • Ne pas tenter d’attraper de poussins.
  • Rappeler que les chiens sont interdits sur les plages du 1er mai au 30 septembre (arrêté municipal des communes du Pays Bigouden Sud et arrêté préfectoral – Règlement sanitaire départemental).
D’autres espèces suivies

D’autres espèces emblématiques fréquentent notre littoral pour renouveler leur population. Le Guêpier d’Europe, oiseau aux couleurs tropicales, niche dans des galeries creusées dans la dune en baie d’Audierne. Si les effectifs nationaux sont bons, la colonie de la baie d’Audierne est assez isolée du reste de la population dont la plus proche est localisée en Vendée. C’est la seule zone de reproduction en Bretagne. C’est la raison pour laquelle la CCPBS veille à la protection des sites de nidification et suit cette espèce avec un réseau de bénévoles. Ce suivi est positif. Le nombre de couples augmentent chaque année. Comme pour le gravelot, le respect de la tranquillité des oiseaux est le facteur déterminant pour pérenniser leur présence. La « menace » se matérialise par des photographes pas assez scrupuleux. Ils n’hésitent pas à franchir les enclos pour se positionner au plus près et obtenir un cliché de qualité.
Ces espèces sont protégées par la réglementation. La perturbation intentionnelle ou la destruction est passible d’une amende et d’une poursuite pénale.
Les guêpiers nichent souvent en compagnie des hirondelles de rivage dont les ballets aériens au ras de la dune sont un enchantement. Leur milieu naturel est également à respecter. Il ne faut pas escalader ou descendre les dunes au risque de condamner les nids creusés dans la falaise dunaire et d’enterrer vivants leurs petits.
La protection et la conservation des espèces est un enjeu important pour notre territoire et chacun peut y contribuer afin de transmettre aux générations futures ce patrimoine merveilleux.

Photo : Emmanuel Dutronquay