A la une

Erreurs de tri : des contrôles inopinés pour lutter contre le relâchement

Accroche bac apposé au conteneur en cas d'erreur de tri sélectif

Souvent loués pour leurs qualités de trieurs, les bigoudens font preuve depuis ce début d’année d’un relâchement en matière de tri des déchets. Le taux de refus[1] est passé de 12% fin 2020 à 15% en avril 2021. Afin d’enrayer cette chute, les agents du services déchets de la CCPBS vont procéder à des contrôles inopinés de bacs sur l’ensemble des tournées. L’objectif de ces contrôles est préventif. Faire prendre conscience que le tri n’est pas bien effectué et informer sur la ou les erreurs afin de ne plus les répéter. Ce mauvais tri engendre des conséquences environnementales (tous ces déchets n’ont pas une seconde vie et sont transportés plusieurs fois) et économiques. Plus les erreurs sont nombreuses, plus la facture du centre de tri est élevée !

Déchets nauséabonds ou dangereux pour les opérateurs de tri

L’ensemble des déchets recyclables issus de la collecte des bacs et des colonnes jaunes sont transportés au centre de tri de Fouesnant. A leur réception, un pré-tri est effectué par des opérateurs de tri. Ce pré-tri consiste à retirer les plastiques souples et les erreurs de tri à la main. Malheureusement, les agents doivent régulièrement enlever des éléments, très désagréables et/ou potentiellement dangereux pour leur santé, qui n’ont rien à faire dans les bacs jaunes (animaux morts, reste de repas, verre, masques, mouchoir…)

Quelles sont les erreurs récurrentes ?

Les principales erreurs de tri sont :

  • le verre qui se collecte dans les colonnes d’apport volontaire
  • les déchets issus des poubelles des salles d’eau (coton tige, brosses à dents…) dans le bac vert
  • les mouchoirs, sopalins dans votre composteur ou le bac vert
  • les restes de repas dans votre composteur ou le bac vert
  • objets divers en plastique à la déchèterie ou dans le bac vert
  • les masques. Ils se retrouvent de plus en plus dans les bacs jaunes. Les enfermer dans un sac et à les mettre dans le bac vert.
  • Attention également à ne pas imbriquer les emballages, les machines ne sont pas capables de les séparer.
Le taux de refus et les conséquences

La moyenne de refus de tri lors des caractérisations était d’environ 12% sur les dernières années. En 2021, le pays bigouden sud a déjà une moyenne de 15% sachant que les caractérisations d’été sont généralement les moins bonnes.

Une différence de 3 points sur le pourcentage se traduit par une augmentation de plus de 20 000€/an (chaque point supplémentaire correspond à 2,5€ x le tonnage trié).

D’un point de vue environnemental, les déchets mal triés ne sont pas recyclés. Ils ne deviennent pas une matière première pour fabriquer d’autres objets. On est obligé d’extraire de nouvelles matières premières de la planète qui elles ne sont pas inépuisables. Ils subissent plusieurs trajets et sont traités plusieurs fois.

Contrôles inopinés

Face à ce relâchement, la CCPBS a décidé d’agir en menant une action de prévention. Concrètement des agents du service déchets vont sillonner le territoire avant le passage des bennes. Ils vont vérifier la qualité du tri dans les bacs jaunes. Si le bac contient beaucoup d’erreurs, ils accrocheront une étiquette rouge sur le bac indiquant que le conteneur contient des erreurs de tri. Cette étiquette permet à la fois d’informer les ripeurs pour qu’ils ne collectent pas le bac et d’informer l’usager que son bac est mal trié. Les agents qui feront les contrôles noteront les erreurs et inviteront les usagers à les contacter pour comprendre leurs erreurs.

Réglette tri des déchets magnétique posée sur le frigo
Comment bien trier ?

Pour mémoire, tous les emballages se trient. Avec l’extension des consignes de tri, celui-ci a été simplifié et il y a beaucoup moins de questions à se poser.

La CCPBS met à disposition des usagers différents outils :

Au moindre doute, il vaut mieux mettre dans le bac vert. En mettant dans le bac jaune, une erreur de tri rend caduc le tri de l’ensemble du bac jaune ! Les agents de la CCPBS sont disponibles pour répondre à toutes les questions concernant le tri au 02 98 87 80 58.


[1] Il s’agit de la part de déchets mal triés qui ne sont pas recyclés mais envoyés à l’incinération