Pompe de l'usine de production d'eau potable de Bringall
L’usine de traitement d’eau de Bringall a été rénovée en 2007. Le traitement de l’eau suit une filière ultra-moderne de traitement physico-chimique suivi d’une désinfection.

 

L’usine de Bringall est dotée de deux files de traitement de 500 m3/h et peut donc fonctionner suivant deux régimes : 500 ou 1 000 m3/h (fonctionnement normal en période estivale). L’eau brute est pompée dans les bassins d’exhaure et acheminée par des pompes jusqu’à l’entrée de l’usine.

 

Elle subit un premier prétraitement :

  • Pré-ozonation et injection éventuelle de permanganate de potassium,
  • Reminéralisation au lait de chaux et/ou au gaz carbonique (CO2),
  • Coagulation par injection de chlorure ferrique.

 

L’eau passe ensuite dans deux bassins de flottation où l’on injecte

  • des floculants (polymères) qui permettent de coaguler les matières en suspension
  • de l’eau sous pression (« eau blanche ») qui permet de porter en surface les éléments coagulés.

Une lame métallique racle la surface de l’eau en sortie des bassins et permet de séparer les matières floculées et l’eau.

 

L’eau subit ensuite une inter-oxydation qui consiste en l’ajout d’ozone, de CO2 et de lait de chaux. On injecte également du charbon actif en poudre qui permet de piéger les pesticides.

 

Une décantation et une filtration permettent de capter les matières en suspension. L’eau passe ensuite en post-ozonation et en neutralisation par CO2 et eau de chaux.

 

L’eau est ensuite dirigée vers l’ultrafiltration membranaire qui permet de bloquer les particules colloïdes, bactéries et virus.

 

La désinfection finale est assurée par injection d’eau de Javel concentrée.

 

Les boues issues du traitement de l’eau sont récoltées dans un bassin, centrifugées et envoyées vers l’usine de co-compostage de boues de stations d’épuration de Lézinadou et sont valorisées en amendement organique.