Espaces naturels : appel à la sécurité et à la protection

Espaces naturels à protéger. Pointe de la Torche (Plomeur)

Devant les phénomènes météorologiques qui ont fragilisé le trait de côte bigouden, nous vous rappelons les règles élémentaires de sécurité et de protection à respecter sur les plus de 1100 Ha d’espaces naturels que nous gérons. De nombreux promeneurs imprudents prennent des risques inconsidérés pouvant les mettre en danger et encore plus fragiliser le milieu naturel.

 

Les tempêtes successives accompagnées de houle, de vents, de submersions qui ont frappées les côtes bigoudènes depuis le 23 décembre ont eu des conséquences importantes sur les milieux naturels en voisinage direct avec la mer. Les dunes ont été fragilisées. Le trait de côte a parfois reculé jusqu’à 10 m (au niveau de l’estuaire de la Torche par exemple). Les aménagements de protection de la dune qui se trouvaient face à la mer ont été emportés (2 600 m en baie d’Audierne). Certaines zones basses du littoral ont été inondées. Le GR 34 a été mis à rudes épreuves dans les secteurs de Kervily (Penmarc’h), Kerobistin à la pointe Sainte Marine (Combrit), Cosquer à Traon, Kerafédé et Polluen (Loctudy).

Inspection, sécurisation, prévention

La CCPBS gère environ 1 100 Ha d’espaces naturels appartenant au Conservatoire du littoral (980 ha) et au Conseil général du Finistère (105 ha) depuis le 1er janvier 2013.

En étroite collaboration avec les communes, les agents du service « espaces naturels » agissent depuis la rentrée pour limiter les dégâts et sécuriser les sites. L’objectif principal est d’assurer l’accessibilité des sites naturels en toute sécurité. Les actions sont nombreuses : ramassage des protections dunaires, inspection des sentiers, abattage des arbres dangereux ou lutte contre les inondations à la Torche. La tâche est importante. Les 9 agents consacrent 80 à 100% de leur temps à la remise en état des sites.

Des comportements qui fragilisent les milieux naturels et mettent en danger les contrevenants

Les tempêtes attisent la curiosité des promeneurs qui souhaitent constater les dégâts. Les gardes du littoral, chargés de la surveillance des milieux naturels, relèvent de nombreux comportements mettant les promeneurs directement en danger et fragilisant l’écologie des sites.

 

Les comportements contre-indiqués constatés sont :

  • L’enlèvement ou le vol de ganivelles qui protègent les sites et limitent les accès aux sites sensibles ou dangereux pour les promeneurs.
  • La circulation de quads qui dégradent les milieux et dérangent la faune. Les déchets verts laissés dans les espaces naturels après la taille d’arbres.
  • La présence abondante d’excréments de chiens sur les sentiers.
  • Les chiens laissés en liberté qui courent dans les dunes et dérangent les oiseaux.
  • L’utilisation des sentiers de randonnées malgré les interdictions (barrières et arrêtés municipaux),
  • La pratique du kitesurf dans les prairies inondées. Cette pratique est dangereuse à cause de la présence de piquets et de fils de fer (parcelles agricoles). Elle est nuisible pour la faune.
  • L’accès à l’observatoire de Saint-Vio malgré l’interdiction et le risque de chute.
  • La présence de voitures sur les parkings de la Torche alors qu’ils sont en travaux.
Rappel des règles pour la sécurité des promeneurs et la préservation des milieux naturels

Les milieux naturels sont, par définition, des lieux de vie pour tout un ensemble d’espèces qu’il faut préserver et respecter. Ce sont également des espaces que l’on partage avec d’autres usagers. Enfin, ils peuvent être dangereux suite aux tempêtes. Les falaises dunaires créées par la mer sont très instables et peuvent s’effondrer à tout moment, emportant les personnes qui se trouveraient dessus. Les contrevenants aux règles s’exposent d’une part à un danger immédiat mais également à des amendes.